Metal pour les jeunes et ceux qui le sont depuis plus longtemps que les autres!
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 [CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007)

Aller en bas 

Votre note:
5
[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_l1033%[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_r10
 33% [ 1 ]
4
[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_l1067%[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_r10
 67% [ 2 ]
3
[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_l100%[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_r10
 0% [ 0 ]
2
[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_l100%[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_r10
 0% [ 0 ]
1
[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_l100%[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_r10
 0% [ 0 ]
Sans intérêt
[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_l100%[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Vote_r10
 0% [ 0 ]
Total des votes : 3
 

AuteurMessage
Ad Metal Eternam
Warrior en pyjama
Warrior en pyjama
Ad Metal Eternam

Nombre de messages : 16631
Age : 44
Date d'inscription : 29/09/2007

[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Empty
MessageSujet: [CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007)   [CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Icon_minitimeJeu 4 Oct 2007 - 20:53


[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007) Da-cover


New-York, USA.

4 :00 pm

L’action prend place dans le quartier de Brooklyn. Deux silhouettes évoluent côte-à-côte dans une ruelle déserte, baignée par les lumières verdâtres des lampadaires qui tentent de filtrer l’obscurité de la nuit noire environnante.

« Nuit noire ? Mais il est 16h00 !
- Rah ! Tais-toi donc ! Tu sais bien qu’il fait toujours nuit noire dans les ruelles New-yorkaises »

Ces deux hommes que vous venez d’entendre, ce sont Kenny Hickey et Johnny Kelly, respectivement guitariste et batteur de Type O Negative, et qui ont reçu ce matin un bien mystérieux message dans leur boîte aux lettres : un bout de papier sur lequel était griffonné au milieu de tâches de vin : « Rendez-vous dans mon cul ! Ah ah ah !!! ».

« Dans mon cul »… Un surnom affectueux donné à l’endroit où le groupe avait enregistré The Origin of the Feces, un faux live avec des potes, et où il se rendait désormais pour jammer, pour trouver des idées pour chaque nouvel album. C’était du temps où Type O Negative était encore en activité. Du temps où Peter Steele, le mentor à la voix caverneuse, était encore en vie, avant que celui-ci ne se donne la mort un jour maudit de 2005.

« C’est là ! »

Les deux hommes s’arrêtèrent et la brume envahit peu à peu les lieux.

« La brume ? Mais qu’est-ce que .. ?
- Rah ! On s’en fout ! Contemple ! »

Devant eux se dressait fièrement une bicoque délabrée ! Visiblement si instable qu’on imagine toute cette mine à souvenirs s’écrouler rien qu’en ouvrant la porte. Il semblait déjà évident que le message griffonné était une plaisanterie, mais ne serait-ce que pour se remémorer les bons moments d’antan, Kenny et Johnny avaient décidé de s’y rendre.

« Allez, on entre ! »

_______________
Un escalier descendait vers la cave où le groupe avait l’habitude de répéter. De la lumière en émanait. D’en haut, on entendait faiblement mais distinctement le « na na na na na » de « Hey Jude » des Beatles répété à l’envi, comme si un disque était rayé. Ni une ni deux, les musiciens décidèrent de descendre les marches vermoulues.

Ils parvinrent dans une pièce à l’éclairage tamisé. Sur les murs se trouvaient toujours les posters, défraîchis par le temps, des Beatles et de Black Sabbath. Devant eux se dressait, entourée de chaises, une grande table en chêne avec une bonne centaine de bouteilles de vin toutes vides et, au bout de celle-ci, leur tournant le dos et faisant face à un grand miroir, se trouvait une personne à la carrure visiblement imposante. De longs cheveux noirs et sales descendaient sur sa robe de bure. L’homme fit de grands gestes, comme s’il s’adressait à quelqu’un, puis il s’arrêta, et se retourna.

«Ioussoupov !!! Pourichkevitch !!! Vous ne m'aurez pas, cette fois !!!», hurla-t-il avant de sauter sur la table et de s’y laisser glisser tel Marie-Pierre Cazey dans la pub Pliz. Sauf que les bouteilles de vin l’empêchèrent de voir jusqu’où il allait, si bien qu’arrivé au bout, il se vautra lamentablement sur le ventre dans un énorme fracas ! Nos musiciens en profitèrent alors pour l’immobiliser. En le retournant, l’homme fronça les sourcils et, faisant mine de se caresser les longs poils d’une barbe qu’il n’avait pas, les dévisageait de ses yeux perçants.

« PETER, s’exclamèrent les deux compères avec toute la tension dramatique qui s’instaure en de tels instants, tu es vivant !!!»

En entendant ce prénom, l’homme écarquilla les yeux, se prit la tête dans les mains puis murmura, en faisant trembler les murs (car même un murmure chez Peter Steele atteint des fréquences si basses qu’elles sont encore inconnues du commun des mortels) :

« La vie me tue ! »

_______________
Une fois Peter remis de ses émotions, tout le monde se regroupa à un bout de la table et prit un verre de vin. Peter prit alors la parole:

« Deux ans après notre dernier album, j’en ai eu marre de tout ce cirque, de pleurer sur mon sort en musique. Pour de bon, mon monde s’écroulait, j’étais empli d’un mal-être qui s’était répandu lentement, profondément, c’était dur. J’ai choisi de me retirer de tout ça, de m’exiler, et pour n’avoir de rendre de compte à personne, j’ai mis en scène ma propre mort. Je suis navré de vous avoir caché la vérité, mes amis.

- Oui, soupira Kenny, nous avons été abattus par cette nouvelle,
- Mais qu’as-tu fais pendant tout ce temps, demanda Johnny ? Raconte-nous !
- Hé bien, j’ai eu envie de ne voir que du vert autour de moi. Je me suis rendu au Canada, c’était l’idéal, de grandes étendues vertes tout partout. J’y ai rencontré un dénommé Devin Townsend, un fêlé débarqué de je ne sais quelle planète. Un super musicien, mais un sacré dépressif, surtout. Je n’avais pas besoin de ça. J’ai décidé d’aller voir ailleurs. Néanmoins, le bonhomme m’a marqué par son approche de la musique. Je ne l’oublierai pas de si tôt. »

Peter se resservit un autre verre de vin, sous le regard ébahi de Kenny et Johnny. Pas vraiment par le fait que Peter était en vie, mais plutôt par son incroyable résistance à l’alcool. En effet, pour reprendre des forces après sa chute de la table, le bonhomme avait enquillé pas moins de trois bouteilles de vin, et il n’en semble pas particulièrement affecté.

« Puisque j’étais mort, autant jouer le jeu jusqu’au bout et avoir le corps aussi froid qu’un vrai cadavre. J’ai donc choisi de me rendre en Russie. »

Kenny le coupa net :

« Pardonne-moi, Peter, mais à quoi riment toutes ces expériences sans queue ni tête ?
- A rien, c’est juste pour que celui qui lit cette chronique et qui souhaite obtenir un élément de réponse sur cet album se sente encore plus perdu.
- Hein ?
- Cherche pas, c’est l’alcool, murmura Johnny,
- J’ai rencontré plein de monde là-bas. Par un beau matin d’octobre rouge, j’ai même eu l’opportunité d’écouter les puissants chœurs de l’Armée de Rouille… Euh, à moins que ça ne soit l’inverse, je ne sais plus, renchérit Peter en se versant un autre verre de vin. Bref, ce fut là encore très enrichissant. Mes amis et moi étions sous le charme, frappés en plein cœur par une multitude de baisers sanglants.
- Tes amis ?
-Oui, ceux qui sont assis à côté de nous, à cette table, répondit Peter en faisant un geste de la main en direction des autres chaises inoccupées autour de la table. Ils sont un peu ravagés par moments mais nous nous comprenons. En fait, je me retrouve en chacun d’eux. »

Kenny et Johnny lancèrent un regard plus qu’interrogateur autour de la table puis recentrèrent leur attention sur Peter, qui crut déceler une part d’inquiétude dans l’air complètement ahuri de ses acolytes.

« Mais je vous rassure : ils vont beaucoup mieux ! Ils m’ont apporté beaucoup d’idées pour le prochain album que je souhaite enregistrer avec vous.»

Sur ces mots, les expressions interrogatives laissèrent la place à des sourires rayonnants et des regards plein d’étoiles.

« Ca va être difficile d’assembler toutes ces idées pour en faire de vraies chansons, mais je compte sur vous pour faire les transitions à deux roubles qui s’imposent pour donner le change à l’auditeur. »


_______________
Soudain, un bruit de pas lourds se fit entendre dans une pièce adjacente et un barbu chevelu d’apparence squelettique et aux yeux vitreux apparut sur
le pas de porte.

« Josh ! On a justement fini d’aborder les grandes lignes ! On va pouvoir passer aux choses sérieuses, maintenant, jubila Peter !»

Le guitariste et le batteur n’en revenaient pas. Cette espèce de pantin désarticulé qui tenait difficilement sur ses jambes était donc leur estimé claviériste ? Incroyable ce qui peut se passer comme choses en si peu de temps…

« Josh, t’as passé ces dernières années à vivre en ermite sur Monkey Island ou quoi ? Tu ressembles trait pour trait à Hermann Toothrot. T’en as même oublié d’enfiler ton pantalon, comme lui, ricana Johnny ! »

Josh Silver esquissa difficilement un sourire, se tenant fermement au coin de la porte. Il se décida alors à aller à la rencontre de ses compagnons. Le premier pas le fit chanceler, le deuxième eut raison de lui et il s’écroula sur le sol dans un bruit sourd.

« Mon Dieu, soupira Peter en posant son front contre la paume de sa main, je crois qu’on va devoir se passer de ses services pour cette fois, il faut dire que j’avais amené de la came pour tout le monde et il a tout pris pour lui tout seul. C’est pas grave, je reprendrai les parties de claviers qu’il a jouées pour World Coming Down.
- World Com… ??? Peter, tu veux dire qu’on ne change pas la formule d’un iota pour ce futur opus, s’interrogea Kenny ?
- A quoi bon ? Ca marche très bien comme ça, non ?
-Oui, c’est sûr, mais je pensais que tu pourrais te servir de toutes tes expériences vécues pour enrichir un peu ta musique, sans la dénaturer pour autant…
- Tu as raison, Kenny… Tu m’as l’air particulièrement impliqué, ça fait plaisir à voir. J’aimerais savoir : pourrais-tu combler l’absence de cette loque de Josh avec plus d’interventions de ta part à la guitare ?
- Et comment !!! »

Sur ces entrefaits, Peter appuya sur un interrupteur. Une partie de la pièce qui était encore plongée dans l’obscurité fut aussitôt baignée d’une vive lumière verte, qui dévoila tous les instruments des musiciens.

« Et c’est parti comme en 14, jubila Johnny !!! »

Peter marqua un temps d’arrêt en entendant cette phrase.

« Que se passe-t-il ?
- Rien, rien… répondit Peter avec peine. Pendant un instant, j'ai entendu comme des cloches résonner et j’ai ressenti une vive douleur, comme si j’avais reçu un violent coup de poignard. C’est bon, c’est passé. Allons-y ! Je ne voudrais pas être encore mort ! »


Vous n'avez rien compris ? C'est pas grave, moi non plus. Ce disque tue, achetez-le ! Cheers


Verdict: 4/5

- Site Officiel
- Le MySpace
Revenir en haut Aller en bas
http://admetaleternam.over-blog.net/
 
[CD] TYPE O NEGATIVE - Dead Again (2007)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MetalPapy - The Village :: L'Univers de l'Acier :: Chroniques de Scribes-
Sauter vers: