Metal pour les jeunes et ceux qui le sont depuis plus longtemps que les autres!
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983)

Aller en bas 

Notez cet album :
5
GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Vote_l100%GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Vote_r10
 0% [ 0 ]
4
GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Vote_l1067%GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Vote_r10
 67% [ 2 ]
3
GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Vote_l1033%GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Vote_r10
 33% [ 1 ]
2
GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Vote_l100%GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Vote_r10
 0% [ 0 ]
1
GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Vote_l100%GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Vote_r10
 0% [ 0 ]
Total des votes : 3
 

AuteurMessage
HughRunic
Metal Fetus
Metal Fetus
HughRunic

Nombre de messages : 95
Age : 55
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 07/10/2016

GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Empty
MessageSujet: GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983)   GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Icon_minitimeMar 25 Avr - 19:41

GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Play_d11

J’ai eu envie d’évoquer un album de Girlschool mais je me suis demandé lequel.
Il y a beaucoup d’albums solides dans leur discographie mais pas vraiment d’album majeur qui soit vraiment au-dessus du lot.
En général, beaucoup d’entre-nous ont une préférence pour « Hit & Run ». J’aime aussi beaucoup cet album mais pas plus que « Demolition ». Je leur préfère même « Screaming Blue Murder ». « Nightmare at Mapple Cross » et « Take a Bite » valent également leur pesant de cacahuète.

Alors, j’ai décidé de prendre le contrepied de la majorité et de vanter les mérites d’un album que j’aime beaucoup et qui est souvent décrié par les fans du genre : « Play Dirty ».

Issues de la NWOBHM, dans le sillage de Motörhead, les « écolières » ont déjà trois albums à leur actif en 1983 et une solide reconnaissance du public.
Elles doivent d’ailleurs beaucoup à Lemmy et sa bande ; non seulement, les deux groupes tournent souvent ensemble mais Lemmy les a fait signer sur le même label que Motörhead (Bronze Records) et ils partagent le même producteur (Vic Maile) sur les 2 premiers albums.
Soucieuses de se créer une identité propre, elles changent de producteur dés le troisième album et optent pour Nigel Gray, surtout connu pour son travail avec The Police dont il a produit les trois premiers albums. Il a d’ailleurs reçu en 1981 deux Grammy pour son travail sur « Zenyatta Mondatta ». « Screaming Blue Murder » a, de fait, un son plus « clair » ou les instruments se « détachent » mieux que dans les albums précédents. La production fait mieux ressortir les subtilités des titres en perdant certes un peu du côté Heavy du groupe.

Girlschool cherche encore plus de notoriété et souhaite, peut-être, surfer sur le mouvement des groupes de la NWOBHM allant vers sonorités plus américaines, tel Def Leppard qui vient de sortir son "Pyromania" ou Iron Maiden qui calme le jeu avec "Piece Of Mind". Même les grands frères de Motörhead viennent de recruter Brian Robertson et de sortir "Another Perfect Day" ; bien plus accessible pour un large public (toutes proportions gardées bien entendu).
En Amérique, en cet été 1983, « Cum On Feel the Noize » de Slade cartonne grâce à la reprise faite par Quiet Riot. Les filles décident de mettre du Glam/Glitter Rock dans leur Heavy. Grand bien leur fasse ; personnellement j’adore le Glitter et Slade, Sweet, Suzy Quatro ou T. Rex font partie de mes écoutes régulières.
Elles choisissent Noddy Holder et Jimmy Lea, les deux piliers de Slade, pour produire leur quatrième album. Les compères, fins renards et connaisseurs du marché US, apportent un son plus clinquant arrosé de synthés et calment le jeu avec des rythmiques et des mélodies moins agressives.
Pour enfoncer le clou, le groupe enregistre une reprise de T. Rex « 20th Century Boy » et deux de Slade « High And Dry » et « Burning In The Heat ».
On abouti à un album dans l’air du temps, bien produit et avec des titres accrocheurs.

Sorti fin 1983, l’album est mal reçu en Angleterre (il n’entre pas dans le Top50 UK alors que les précédents étaient dans les 40 premières places). Le froid est jeté par ce virage musical sur les fans de la première heure.
Pour atteindre leur objectif US, les filles embarquent pour une tournée Américaine en première partie de Quiet Riot (tien, tien).
Malheureusement, un désaccord entre Bronze et Polygram (qui gère le groupe à l’international) leur fera obtenir une très mauvaise promotion aux States. En plus, l’ambiance se dégrade entre les musiciennes et Kelly Johnson jette l’éponge en pleine tournée US. L’objectif ne sera jamais atteint.
Le groupe mettra plusieurs années à se remettre de cette expérience douloureuse et reviendra ensuite à ses premières amour plus Heavy. Les filles garderont malgré tout un certain attachement pour le Glitter Rock car elles enregistreront encore des reprises de Mud (« Tiger Feet ») sur « Nightmare… » et de Sweet (« Fox On The Run ») sur « Take a Bite ».

Je comprends que cet album puisse ne pas être apprécié par une majorité de fans car il ne rentre pas dans la même case que les autres albums du groupe. Pour autant, je trouve qu’il ajoute une facette au prisme musical du groupe et les titres qui le composent sont de grande qualité ; pour les fans de Heavy les plus « die hard », en faisant éventuellement abstraction du son (qui n’est en rien un obstacle pour moi).


Revenir en haut Aller en bas
http://hardnheavy80.goodforum.net/
gorgar63
Metal Warrior
Metal Warrior
gorgar63

Nombre de messages : 2652
Age : 45
Localisation : Far West Auvergnat
Date d'inscription : 02/06/2011

GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Empty
MessageSujet: Re: GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983)   GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983) Icon_minitimeMer 26 Avr - 10:17

Personnellement j'aime beaucoup cet album et je suis d'accord pour le parallèle avec Def Leppard.
Revenir en haut Aller en bas
 
GIRLSCHOOL - Play Dirty (1983)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MetalPapy - The Village :: L'Univers de l'Acier :: Chroniques de Scribes-
Sauter vers: