Metal pour les jeunes et ceux qui le sont depuis plus longtemps que les autres!
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Voir le deal
8 €

Partagez
 

 Annihilator - Set the world on fire (1993)

Aller en bas 

Note sur 5
0/5
Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_l100%Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_r10
 0% [ 0 ]
1/5
Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_l100%Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_r10
 0% [ 0 ]
2/5
Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_l100%Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_r10
 0% [ 0 ]
3/5
Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_l100%Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_r10
 0% [ 0 ]
4/5
Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_l1067%Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_r10
 67% [ 2 ]
5/5
Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_l1033%Annihilator - Set the world on fire (1993) Vote_r10
 33% [ 1 ]
Total des votes : 3
 

AuteurMessage
Beurk Rogers
Trou Duc' aux huiles essentielles
Trou Duc' aux huiles essentielles
Beurk Rogers

Nombre de messages : 24173
Age : 44
Localisation : www.rue des Boulets.con
Date d'inscription : 15/11/2008

Annihilator - Set the world on fire (1993) Empty
MessageSujet: Annihilator - Set the world on fire (1993)   Annihilator - Set the world on fire (1993) Icon_minitimeDim 4 Aoû - 20:09

Annihilator - Set the world on fire (1993)

Parfois la vie est injuste. Pourquoi certains réussissent et d’autres, non?
Un groupe va changer son orientation musicale et va cartonner tandis qu’un autre va lamentablement se planter. Et ce n’est pas la qualité de sa musique qui est forcément en cause, non! C’est parfois juste une question de timming, d’exposition... tout un tas de paramètres entrent en jeu.
Jeff Waters a du se poser sérieusement la question après 2 albums de qualité et un succès, pourtant honorable (Alice in Hell s’est quand même très bien vendu). Quoi faire pour cartonner?
Du coup, il va exposer ses projets à Phil Anselmo de Pantera pendant le painkiller-tour deJudas Priest (Annihilator et Pantera assurent les chauffeurs de salles).
L’informant de son intention de ralentir le tempo, de devenir plus accessible, bref... commercial.
Le chauve tatoué lui rétorquera que c’est une grosse erreur, que le monde de la musique va changer... bla bla bla...! Résultat: Pantera sortira « vulgar display of power », un album sans concession et va cartonner, Annihilator sortira 1 an plus tard, « set the world on fire »  et va tomber dans l’oubli. Une gamelle digne de figurer dans vidéo-gags!

Pourtant, le titre de l’album laissait entrevoir un truc qui explose. D’ailleurs le morceau-titre qui ouvre l’album avec des sons de fusillades (réelles car enregistrées pendant la guerre au Koweït) vous explose à la gueule comme une grenade. Riff lourd et saccadé, refrain viril, le pur titre Heavy Thrash qui envoie.
La suite est dans un registre totalement différent. Annihilator nous sert un Heavy rock mélodique de bonne facture, technique et... disons le pour écarter les doutes, franchement réussi.
Ainsi, il faudra faire abstraction des deux albums précédents pour apprécier pleinement ce STWOF.
Musicalement, premièrement mais ça, vous l’avez bien compris mais aussi parce qu’une fois de plus, la bande à Waters a changé de vocaliste en la personne de Aaron Randall. Ce sera le 3ème chanteur en 3 albums. Ceci explique aussi , en partie, la démission de certains fans. Mais les changements récurrents de line-up feront partie de l’histoire d’Annihilator.
La voix de Randall, plus clean collera parfaitement avec la musique du groupe sur cet album.
D’ailleurs « no zone » qui poursuit l’album confirme cet état de fait. Un morceau Heavy rock assez speed (Waters déclara dans une interview que c’était l’un de ses morceaux les plus difficiles à jouer) assez plaisant et même plutôt réussi. C’est un fait, malgré le ralentissement musical (qui n’en est pas un finalement, car les tempi sont plutôt rapides ou moyens mais jamais lents sur une grande partie de l’album nous parlerons plutôt de changement de cap) « set the world on fire » est globalement une réussite. Reste quelques erreurs: « bats in belfry » n’est pas des plus original mais à au moins le mérite de comporter un refrain qui fonctionne ainsi qu’un très très bon solo de Monsieur Waters, la ballade « phœnix rising » (Waters y rend hommage à sa grand mère) pas désagréable mais vraiment trop sirupeuse sera déstabilisante pour beaucoup de meme que « sounds good to me » ou encore « don’t bother me » titre Hard Rock emprunt d’un swing qui rappelle un peu ce qu’avait pu proposer Megadeth avec « sweating bullets ».
La reste sera à l’appréciation de chacun. « The edge » morceau Hard Rock Mélodique est une réussite mais il décontenancera également les fans d’ «Alice in hell». L’un des moments forts du disque sera, pour moi, « Knight jumps queen», un Heavy-Thrash piloté par une ligne de basse et un riff répétitif, écoutez bien la structure de ce morceau car ce schéma sera repris et repris tout au long de la carrière du groupe par la suite.

Annihilator va clôturer son album avec un « Brain Dance » délirant, mêlant, riffs thrash, couplets Hard Rock et refrains fusion entrecoupés par un break baroque plein d’ingéniosité et de folie.

Comme toujours, Waters, nous délecte de ses parties de six cordes toujours inspirées et reconnaissables et ne s’est pas entouré de manchots (Mike Mangini pas encore aussi populaire à l’époque officie derrière les fûts).

Waters a fait son truc. Il a tenté d’aller chatouiller des oreilles plus sensibles et fragiles et s’est misérablement planté commercialement mais pas forcément artistiquement. A l’aube du milieu des 90´s, Anselmo l’avait vu venir... les Pantera ,Machine Head, Korn, allaient sortir des albums sans compromis et cartonner. Et même si la volonté de Jeff Waters était de faire du chiffre, de s’exposer, on a pas cette impression qu’Annihilator s’est fourvoyé.

14.5/20

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Helld (-|-) ween
Keeper of Helloween
Keeper of Helloween
Helld (-|-) ween

Nombre de messages : 54280
Age : 51
Localisation : Pumpkins Garden
Date d'inscription : 03/10/2007

Annihilator - Set the world on fire (1993) Empty
MessageSujet: Re: Annihilator - Set the world on fire (1993)   Annihilator - Set the world on fire (1993) Icon_minitimeLun 5 Aoû - 4:48

Rien à jeter sur cet album qui reste mon préféré du Waters Band. 5/5

_________________
Annihilator - Set the world on fire (1993) Petite11Annihilator - Set the world on fire (1993) Bannia13
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/dbzik
lynott
Metal Warrior
Metal Warrior
lynott

Nombre de messages : 2622
Age : 49
Localisation : Parti vivre au Québec
Date d'inscription : 25/08/2010

Annihilator - Set the world on fire (1993) Empty
MessageSujet: Re: Annihilator - Set the world on fire (1993)   Annihilator - Set the world on fire (1993) Icon_minitimeLun 5 Aoû - 22:49

Un bon album. Pour moi le seul moment faible est "Snake in the grass".
J'aime beaucoup "Phoenix rising" et "Sounds good to me", mais c'est certain qu'à l'époque, cela en a dérouté plus d'un...

Je noterais 3.5/5 mais Waters étant un type attachant et talentueux je mettrai 4.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Annihilator - Set the world on fire (1993) Empty
MessageSujet: Re: Annihilator - Set the world on fire (1993)   Annihilator - Set the world on fire (1993) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Annihilator - Set the world on fire (1993)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MetalPapy - The Village :: L'Univers de l'Acier :: Chroniques de Scribes-
Sauter vers: